Entre les écoles pour lesquelles la sécurité est primordiale, une gare et un chemin de fer au service du citoyen, des commerces, quelques services et, enfin, des riverains et des clients qui cherchent un cadre de vie agréable, l’équation n’est pas simple. D’autant plus que l’arrivée du Hall Polyvalent, du nouveau plateau de la gare et de la promenade vont sensiblement changer les axes de mobilité du centre.

 

Wavre 2030 : Un rêve
Le projet urbanistique de la majorité est de proposer un « tripôle » : un pôle culturel (Hall polyvalent), un pôle plus commercial (Place Bosh) et un pôle détente (au niveau de la place Cardinal Mercier). Si l’idée est séduisante, sa réalisation pose toutefois de nombreuses questions en termes de mobilité. Les Ateliers Urbains, d’une part, et le PCM, d’autre part, tentent chacun à leur manière de répondre à ces questions : zones piétonnes élargies, parkings de délestages, promenades vertes, Sens Uniques Limités (double sens pour les vélos dans les sens interdit pour voitures), passerelles, etc. Il faudrait à présent décortiquer, critiquer et amender ces propositions avec les citoyens. Jusqu’ici, le PCM manque de participation.

 

Un vrai piétonnier
Alors que tous les acteurs semblaient s’accorder pour qu’un vrai piétonnier existe à Wavre, voici que, dans le PCM, les ambitions s’amenuisent fortement. En effet, on ne rajouterait plus que deux rues au piétonnier existant. Le reste devenant une « zone partagée », où les bus et les voitures auraient, comme aujourd’hui, le droit de passer à tout moment. Où sont donc les changements profonds annoncés ? Tant qu’un vrai piétonnier, aux heures de fréquentation des commerces, ne sera pas en place, faire ses courses à Wavre ne pourra pas être synonyme de détente. Pour nous, la rue du Pont du Christ et toutes ses rues adjacentes doivent être réservées aux piétons afin d’assurer un cadre de vie optimal. Seuls les bus et les livreurs devraient desservir le Centre urbain.

 

Une boucle urbaine
L’idée de créer une couronne de circulation autour du centre nous séduit : on pourrait sans doute mieux maîtriser le flux automobile et le maintenir loin de la mobilité douce. Mais le projet tel que présenté aujourd’hui, montre plusieurs lacunes. Tout d’abord, les voiries semblent trop étroites pour recevoir une circulation urbaine à double sens. Nous souhaitons qu’on prenne le temps d’étudier la possibilité d’un sens unique. Deuxièmement, la couronne n’a de sens que si les passages à niveau sont remplacés par des ouvrages d’art. Sans cela, les embouteillages ne disparaîtront pas. Et enfin, plusieurs écoles ont leurs issues principales sur les voies de la future couronne : il faut donc leur donner un espace suffisant pour assurer la sécurité des élèves.

 

Un centre de liaison cyclable
Notre centre-ville doit absolument intégrer les vélos. Des parkings vélos en nombre suffisant doivent être construits et sécurisés. Mais surtout, le centre doit être un point de ralliement, et les itinéraires cyclables qui y mènent doivent être continus.

 

Conclusion
Le projet ne choisit pas vraiment entre le plaisir de déambuler en toute sécurité dans un cadre agréable et la facilité de sortir de sa voiture en face du magasin. Un choix est pourtant indispensable, sous peine de laisser le centre-ville mourir asphyxié par les voitures et déserté par les clients. Ecolo choisit le piétonnier.

Christophe Lejeune

Share This