Au conseil communal du 20 juin dernier, le groupe Ecolo a demandé l’ajout d’un point à l’ordre du jour : « Règlement d’intérieur – Modification : Interpellation citoyenne ».

Malheureusement, la majorité a voté contre notre proposition : les interpellations citoyennes sont donc maintenues en fin de séance du Conseil Communal.

Pour Ecolo, il serait plus respectueux de commencer le Conseil par entendre les citoyens. C’est une occasion manquée de faciliter la participation des habitants de la commune au Conseil Communal.

 

Le contenu de notre intervention

 

Lors du conseil communal du 25 avril, le groupe ECOLO Wavre a été interpellé par le sort qui était réservé à nos concitoyens désirant interpeller le Conseil Communal.

En effet, ce jour-là, et par suite de débats exceptionnellement longs, une interpellation citoyenne a eu lieu aux alentours de 22h30. Or, ces personnes, désireuses de représenter l’intérêt commun, étaient présentes dans la salle dès le début du conseil communal, soit à 19h.

Depuis Février 2011, l’Union des Villes et Communes incite les communes à placer ces interpellations citoyennes au début des conseils. Nous désirons que le Règlement d’Ordre Intérieur (ROI) du conseil communal soit modifié dans ce sens.

En effet, Le ROI actuel ne prévoit rien sur le sujet et nous devons constater que ce point est pourtant systématiquement mis en fin de réunion. Cela dénote d’un manque de considération par rapport aux wavriennes et wavriens qui s’investissent dans la vie de la démocratie de leur commune.

En outre, nous pensons qu’il faut encourager un maximum de personnes à participer au débat démocratique. Pour ce faire, il est nécessaire de leur offrir un cadre dans lequel ils se sentiront accueillis et écoutés. Les faire attendre plus de 3 heures pour enfin pouvoir s’exprimer devant des conseillers usés par les débats précédents ne nous semblent pas, c’est le moins qu’on puisse dire, leur garantir des conditions optimales d’accueil et d’écoute.

En général, nous pensons que le Collège Communal devrait faire preuve de plus d’égard quant à ces personnes qui viennent, en public, représenter l’intérêt général d’un quartier, d’une population. Le droit d’interpeller les autorités communales est un élément essentiel à une idée que nous nous faisons de la démocratie, une idée qui incite à une plus large participation.

Share This