Le Soir en ligne de ce 01/08/06 à 13h00.

Le méthane n’est plus aussi concentré à Wavre

Les risques immédiats liés à une concentration importante en méthane ont été écartés sur le site de l’ancienne décharge de Wavre, mais le problème pourrait resurgir.

Vendredi, les pompiers de Wavre avaient confirmé une information émanant du ministre de l’Environnement, Benoît Lutgen, faisant état d’une concentration anormale de méthane dans un mur fissuré de la quincaillerie sur le site de l’ancienne décharge de Wavre.

Ce type d’hydrocarbure saturé résulte de la transformation des déchets organiques et ménagers qui sont enterrés dans le sol. La concentration se situait entre 25 et 40% par litre d’air ce qui peut provoquer une explosion. Vendredi en fin d’après-midi, les pompiers de Wavre ont annoncé que la situation était redevenue normale et que tout danger était écarté.

La Société publique d’aide à la qualité de l’environnement (SPAQuE) ne remet pas en cause la position des pompiers écartant tout risque immédiat. “Mais le gaz qui reste en sous-sol pose toujours problème, indique la SPAQuE mardi. La fissure a été colmatée et aucune autre entrée n’a été détectée mais la dalle en béton peut se fissurer à nouveau et le problème peut donc resurgir dans les semaines et les mois à venir. Le site devra donc être assaini définitivement dans le futur.

En outre, selon la SPAQuE, il existe un danger plus insidieux au niveau des micropolluants qui peuvent se répandre dans l’air en raison de la porosité du mur. Cette question est actuellement à l’étude.

De son côté, Ecolo s’inquiète, dans un communiqué transmis mardi, des risques de pollution et dénonce le manque de responsabilité de la majorité. Ecolo Wavre estime que le bourgmestre de Wavre n’ignorait pas que cette décharge était et est une source de pollutions multiples, contrairement aux déclarations de celui-ci. Nous avons retrouvé dans nos archives une demande de fermeture de la décharge, que notre prédécesseur avait déposée au conseil communal du mois de janvier 1991, indique Ecolo. Selon le parti, la décharge aurait fonctionné pendant plusieurs années dans l’illégalité de 1978 à 1983 tout d’abord, ainsi qu’en 1990. Depuis 1983, le groupe Ecolo a, à de nombreuses reprises, interpellé la majorité pour signaler les dangers de pollution liés à cette décharge. Nous somme dont étonnés et déçus par ces récentes déclarations, conclut le parti Ecolo.