Depuis des décennies, la Ville de Wavre est gérée par un seul parti. Charles Aubecq, Charles Michel : l’héritage des Charles est lourd pour la Ville. Aujourd’hui, nous devons faire face à une commune déséquilibrée. Il faut renverser la vapeur.

 

S’il est un domaine où la situation est plus que préoccupante, c’est bien la mobilité. Le non-investissement récurrent dans les alternatives à la voiture individuelle – comme les bus, les voitures partagées, le covoiturage, les vélos et la circulation piétonne – asphyxie la Ville. Les alternatives auraient dû être mises en place depuis longtemps. Mais il aura fallu 17 ans à la majorité pour se doter d’un plan communal de mobilité. Et, au jour d’aujourd’hui, on ne dispose toujours pas d’un plan d’investissement. Le fameux « plan » reste finalement un catalogue d’idées dont on ne sait pas si la Ville compte se servir un jour. Jamais, la ville n’a rendu de projet à la Région wallonne pour bénéficier d’un financement et se doter de pistes cyclables dignes de ce nom. Le plan de rénovation des trottoirs, longtemps promis, est toujours inexistant. Et les sentiers structurant la mobilité douce de la commune, qui devaient être viabilisés pour permettre le passage des vélos, sont toujours au point mort. Même la signalisation des sentiers est défaillante. Les exemples sont nombreux : la politique de la Ville en matière de mobilité ne fonctionne pas.

L’organisation urbanistique de la Ville est digne des années 80 : on privilégie le développement des zonings. Le projet « Phillips » est exemplatif à ce titre : dans une ville où le commerce de centre-ville aurait bien besoin d’un petit coup de pouce, on implante des grandes surfaces qui feront concurrence aux commerces du centre. Le projet prévoit même un espace de co-working ! Pourquoi ne pas l’implanter au centre-ville ? Les travailleurs des zonings ne fréquentent pas les commerces et les restaurants du centre. Le zoning nord est un autre exemple frappant : les lignes de bus qui pourraient le désengorger, comme la bus N4, sont toujours inexistantes. Mais on prévoit de l’étendre au moyen du « contournement nord » , pour y faire rentrer toujours plus de voitures et désengorger l’E411, en supprimant dans la foulée le poumon vert de Basse-Wavre et en mettant en danger la zone Natura 2000.

La situation de l’Horeca n’est pas enviable non plus. Avec 18,3 % des commerces tournés vers l’Horeca, le Centre de Wavre affiche un des taux les plus bas de Wallonie. Normal : les nouveaux restaurants s’installent au zoning nord, près des travailleurs. La politique des zonings a encore frappé.

Quelle erreur de la Ville également que de chercher à vendre ses parkings et perdre ainsi la main sur une politique qui pourrait être un levier pour la mobilité et restructurer la ville pour la rendre plus agréable.

Les exemples sont nombreux. Nous, Ecolo, PS, CdH et Défi, pensons qu’une autre ville est possible. Une ville plus conviviale, moins embouteillée, où il fait bon vivre. Wavre a un potentiel incroyable. Inexploité, ou mal exploité, par une majorité qui ronronne, incapable de se renouveler. Wavre fait aujourd’hui pâle figure devant Louvain-la-Neuve.

Wavre a besoin d’un sursaut démocratique. La majorité absolue a tué toute forme de dynamisme politique.

C’est pourquoi nous le disons aujourd’hui d’une seule voix : aux élections communales du 14 octobre prochain, les citoyens ont d’autres choix que celui de l’immobilisme.

Share This