Le 22 janvier, le budget 2019 était à l’ordre du jour du conseil communal de Wavre. Ce dernier a été voté, mais pas à l’unanimité. Ecolo Wavre a voté contre et voici pourquoi.

 

Le budget 2019 est peu ambitieux et la triste continuité de la politique précédente. Cela s’explique par le fait qu’il s’agit d’un budget de transition, celui-ci ayant dû être effectué avant la finalisation de la déclaration de politique générale. Il n’était donc pas possible, à ce moment-là, de planifier un budget qui concrétise les différents projets de la déclaration de politique générale.

 

Environnement

La vraie transition n’attend pas. Nous ne pouvons pas nous permettre d’attendre une année supplémentaire sans rien faire, sans réagir. Il est là tout l’enjeu de ce budget. La seule démarche visible témoignant d’une volonté d’avancer vers les objectifs promis, c’est l’engagement d’une personne au sein de la cellule environnement. Même si cette cellule reste malheureusement toujours sous financée.

Au niveau de la gestion des déchets, si la volonté de la commune était effectivement de diminuer la quantité de déchets produits par les habitants et par les entreprises – via la prévention, l’information, le Craddle to craddle -,  le budget de traitement des déchets devrait être à la baisse. Ce n’est pourtant pas le cas et, à l’inverse, ce budget ne cesse d’augmenter. Il serait utile de prévoir un budget spécifique pour la sensibilisation à la réduction des déchets.

Pour la transition énergétique, poste d’une importance capitale, seulement 50.000€ sont budgétés. Si on sait que la rénovation énergétique d’un bâtiment coûte environ 1000€ du mètre carré, la ville pourra rénover environ 50m². Vu la superficie actuelle des bâtiments publics, c’est peu de moyens.

 

Participation citoyenne

En ce qui concerne la participation citoyenne, on se demande comment la majorité compte arriver à ses objectifs. Le budget “participation citoyenne” est effectivement en berne et le budget pour les comités de quartier n’est pas non plus en augmentation.

De plus, les 50.000 € pour le concours de projet appelé “budget participatif” sont reconduits sans remise en question de la pertinence de ce concours. Le projet 2018, bien qu’emballant, est encore loin d’arriver à son aboutissement. Le site actuellement retenu par la commune, le bois de Beumont, semble bien spacieux mais il ne sera pas accessible à pied. Cette future plaine de jeux inclusive sera donc loin des centres habités et de l’école d’enseignement spécialisée qui se trouve à Limal. Dommage. Pourquoi ne pas avoir envisagé cette plaine de jeux sur le futur site du Martineau ?

 

Le Hall Culturel Polyvalent « La Sucrerie »

Une seule ligne de dépense permet de résumer une politique dépensière : il s’agit de la Régie Communale Autonome (RCA), dont le premier grand projet est le Hall Culturel Polyvalent. Cette folie des grandeurs coûte cette année seulement 13.000.000€.

Et comment la commune de Wavre finance-t-elle ces pharaoniques travaux ? En vendant ses terrains, espérant en obtenir cette fois-ci plus de 14.000.000 €.

Notre crainte par rapport à ce hall polyvalent a toujours été la même : que cela ne profite pas aux petites associations wavriennes (troupes de théâtre amateurs, musiciens, chorales, etc). En effet, même si les tarifs seront adaptés pour ces petites structures, nous craignons que cela soit toujours à des prix qu’elles ne pourront se permettre. Ces projets amateurs jouent pour de bonnes causes et ne peuvent se permettre d’être déficitaires.

Si ce hall se veut vraiment polyvalent, comme son nom l’indique, il devrait pouvoir accueillir de multiples projets artistiques, du plus grand au plus modeste, et de permettre à tous d’y avoir accès.

 

Pour ces raisons, mais aussi pour bien d’autres, Ecolo n’a pas approuvé le budget 2019 soumis par la majorité MR-PS. Nous espérions vraiment que cette majorité s’engage rapidement et résolument dans la lutte contre le réchauffement climatique, et force est de constater que malheureusement ce ne sera pas encore le cas tout de suite. Mais nous ne perdons pas espoir : au travail !

Share This