L’enquête publique d’un projet important pour la redynamisation du centre de Wavre s’achève : celui de la réaffectation du parking des carabiniers. Les lignes de conception sont positives, et rencontrent la préoccupation urbanistique majeure des écologistes pour Wavre : le renforcement nécessaire de la mixité fonctionnelle du centre urbain. Néanmoins, le projet peut être amélioré sur plusieurs aspects.

 

La mixité fonctionnelle

C’est le point fort du projet : sur une surface qui n’était occupée que par 1 parking, non seulement on en double sa capacité, mais on crée 11 à 13 cellules commerciales, 6 cellules bureau dont 4 sont convertibles en commerces et 82 appartements. On augmente donc clairement la mixité du centre. C’est positif pour la ville.

Pour le groupe Ecolo, le centre de Wavre a besoin de bureaux et de logements. En effet, ce sont les habitants et les employés qui donnent de la vie au centre en font tourner l’économie, en fréquentant les commerces et les espaces publics. Ecolo demande donc que les 6 cellules bureaux soient bien affectées à des bureaux et des professions libérales, et non pas vus comme des commerces de réserve.

 

La qualité énergétique des bâtiments

Les bâtiments annoncés vont être construits selon la norme PEB « A », qui est la meilleure norme en matière d’isolation. C’est un autre point fort du projet. Même si on peut toujours aller plus loin dans la conception écologique des bâtiments, notamment en travaillant sur les matériaux utilisés, ne boudons pas notre plaisir : c’est une réelle avancée pour Wavre que de proposer des bâtiments certifié PEB « A » dans son centre-ville.

Néanmoins, comme le suggère l’étude d’incidence, nous ne comprenons pas pourquoi les toitures ne sont pas exploitées par des panneaux photovoltaïques. Rappelons-le : le Brabant wallon ne produit que 11 % de sa consommation propre d’électricité au moyen de source renouvelable, alors que la moyenne wallonne est de 18 %. Ne pas équiper les toitures de panneaux solaires… ce serait une véritable occasion manquée.

 

Espaces publics et circulations

Il semble que l’intention initiale de l’architecte ait été de créer une circulation publique pour les piétons, entre la rue des Fontaines, la Rue de Nivelles et la Rue des Carabiniers, au rez-de-chaussée des bâtiments. Dans la version actuelle du projet qui nous est soumise, ces espaces sont fermés et réservés aux usagers des bâtiments. C’est fort dommage pour la circulation pédestre, et le projet pourrait grandement gagner en qualité s’il proposait un espace public supplémentaire de qualité !

Ecolo pense donc qu’il faut ouvrir cet espace à la circulation piétonne. Cela demanderait évidemment une attention de la part de la commune pour maintenir la convivialité du lieu (propreté, voisinage, …) mais nous pensons que la ville de Wavre a les moyens de garder un œil bienveillant sur la gestion de cet espace. Une solution intermédiaire serait d’ouvrir cet espace de circulation en journée au public, et de le fermer la nuit.

 

Gestion des eaux

Il n’y a actuellement pas de proposition « optimale » quant à la gestion des eaux pluviales dans le projet. Or, collectées et redistribuées, ces eaux de pluie pourraient alimenter les chasses d’eau, les machines à laver, l’entretien des communs des 82 appartements. A vue de nez, les citernes d’eau de pluie actuellement prévues sont au moins trois fois trop petites que pour remplir cet objectif. De plus, considérant que la zone est « sensible » au niveau du risque d’inondation, ces citernes pourraient également jouer un rôle tampon en cas de fortes pluies. L’option visant à gérer intelligemment les eaux pluviales est examinée et documentée par l’étude d’incidence : nous la soutenons à 100 %.

 

Parkings et mobilité

L’étude d’incidence envisage l’option de faire passer le projet de 2 à 3 niveaux de parkings souterrains. Même si c’est possible techniquement, et qu’un bénéfice substantiel en places de parking disponibles au centre peut en résulter, nous pensons que cela pourrait entraîner une augmentation du trafic au centre qui peut être dommageable pour la dynamique de circulation des rues du Pont du Christ et rue de Nivelles, comme le mentionne l’étude d’incidence. Rappelons d’une part que dans le plan de mobilité, la rue du Pont de Christ est appelée à devenir un espace de circulation partagé (20km/h), et qu’Ecolo voudrait même en faire un espace piétonnier. Et d’autre part, que la rue de Nivelles est envisagée comme étant la voie cyclable privilégiée pour entrer dans le centre-Ville. Ce n’est dès lors pas une bonne option que de prendre le risque d’augmenter le trafic sur ces 2 voies de circulation.

Ecolo demande le maintien d’un parking à 2 niveaux. D’autres places de parking sont en construction avec le projet du parking des mésanges. Les projets de la Rocade et de la sortie 5 en garantiront les accès « par le nord ».

 

Autres considérations techniques

A ce jour, selon l’étude d’incidence, des locaux techniques pour les papiers-cartons et PMC ne sont pas prévus. Il est impératif de suivre les recommandations de l’étude d’incidence sur ce point : des zones de stockage intérieures pour les commerces et les habitations doivent être prévues et correctement dimensionnées pour permettre un tri sélectif optimum, avec une accessibilité aisée.

Les systèmes de ventilation des parkings seront une source de nuisance sonore pour les riverains, il faut donc les équiper de silencieux, comme il faudra isoler acoustiquement les locaux techniques. En matière de bruit également, il est impératif de suivre les recommandations de l’étude d’incidence.

 

Les travaux

Au plus fort du chantier, 20 à 30 camions traverseront quotidiennement Wavre pour extraire les terres des deux étages de parking souterrain. Certaines rues connaîtront des difficultés importantes de circulation. Les habitants, les écoliers et les commerces en seront indéniablement affectés. Nous soulignons l’importance de la mise en place d’un comité de suivi avec les riverains, l’école et les commerçants, pour que, problème après problème, les meilleures solutions soient trouvées ensemble, par les autorités communales, les riverains, l’Institut de la Providence et les commerçants. Le dialogue sera essentiel, et l’intelligence collective pourra nous éviter bien des écueils.

Par ailleurs, comme l’étude d’incidence le souligne, nous attirons l’attention sur l’impossible simultanéité de ces travaux avec ceux du parking des mésanges. Le nombre de places de parking  en Ville serait grandement insuffisant.

 

Le Germoir

La construction des bâtiments implique la démolition d’un bâtiment aujourd’hui occupé par le Germoir, et très prochainement par la coopérative Macavrac, qui l’occupent aujourd’hui à titre précaire. Ecolo demande à ce que les autorités mettent le plus grand soin à soutenir les citoyens responsables de ces projets pour que ces initiatives d’avenir perdurent et survivent au chantier. Le cap sera sans doute difficile à passer pour ces associations, qui devront une nouvelle fois déménager. Il serait dommage que ces deux projets s’éteignent, c’est pourquoi il est important de leur permettre de développer des solutions durables.

 

En conclusion

Pour Ecolo, c’est globalement un bon projet, mais le travail n’est pas fini. La base est bonne mais il reste du boulot : panneaux solaires, gestion des eaux de pluie, gestion des déchets, du bruit, suivi du chantier… on y est presque, mais ce serait vraiment dommage de ne pas considérer les points d’attention mis en évidence par l’étude d’incidence. Sur le fond, nous pensons qu’il faut ouvrir l’espace de circulation piéton au public. Ce serait vraiment un plus pour le projet, quitte à considérer une solution intermédiaire de fermeture pendant la nuit. Il faut aussi maintenir l’option « 2 étages de parking » (et pas 3), pour ne pas engorger le centre de voitures. Enfin, il faut solidifier l’accès aux professions libérales et aux petits bureaux, pour renforcer la mixité du projet.

 

Bastian Petter,
conseiller communal

Share This