Lors du conseil communal de janvier, Christophe Lejeune a interpellé la majorité sur le partenariat qui associe la Ville de Wavre avec Huawei Belgique, dans le cadre d’une campagne portant sur le “bien-être en ligne”. Un bus pédagogique, le SmartBus, a fait étape dans plusieurs écoles primaires communales. Ce bus est entièrement équipé de matériel Huawei. Il ne fait aucun doute que la sensibilisation à la cyber-intimidation, à la sécurité en ligne et à la confidentialité des données est importante. Mais est-ce le rôle des sociétés productrices de smartphones de mener cette campagne dans nos écoles? Pourquoi ne pas confier cette mission à l’une des nombreuses associations parastatales et autres ASBL qui rencontrent des objectifs d’éducation aux médias? Les élèves d’une école primaire font partie du public cible des entreprises de multimédia, et nous pouvons douter du caractère philanthropique de cette initiative. Plusieurs sociétés tentent d’infiltrer le milieu de l’enseignement afin de pouvoir atteindre facilement un marché très porteur. La loi dite du “Pacte scolaire” interdit explicitement “toute activité et propagande politique ainsi que toute activité commerciale” dans les établissements d’enseignement organisés par les pouvoirs publics. Comment cette campagne a-t-elle pu être organisée dans des écoles communales de Wavre, qui se doivent de respecter une neutralité totale et l’absence de toute activité commerciale ? Malgré les réponses apportées lors du conseil communal par Madame Anne Masson (1ère échevine), nous restons convaincus que ce type de démarche est la porte ouverte à de nombreuses dérives. Bientôt, un bus Colgate viendra-t-il remplacer l’équipe du PMS pour expliquer aux élèves comment avoir une bonne hygiène dentaire? Un bus Décathlon sera-t-il invité à remplacer le Gracq et la Zone de Police pour former nos enfants à la conduite en vélo dans la circulation?