Ce mardi 24 août est une date importante pour Ecolo Wavre. En effet, Eléonore Danhier va céder sa place à Patrick Pinchart au conseil Communal. Après trois ans de bons et loyaux services, d’autres combats attendent Eléonore et c’est pour lui permettre de les mener à bien qu’elle a décidé de s’y consacrer pleinement.

« Je suis heureuse d’avoir participé à la vie politique wavrienne pendant 3 années riches en expérience pour moi. En effet, avec mes 7 collègues Ecolo, nous avons passé des heures à étudier des dossiers, à réfléchir comment bonifier certaines décisions, à faire des propositions concrètes et cohérentes … avec toujours en tête notre raison d’être : l’écologie. Nous étions un groupe soudé, complémentaire, bienveillant et efficace ! Je garde dans mon cœur les nombreuses réunions, mais aussi les moments festifs de détentes, de débriefe, de rigolade. C’est donc le cœur serré que je cède ma place au sein de cette équipe.

Il faut dire que, forte de leur soutien, j’ai par exemple obtenu la mise en place d’une prime communale à l’achat de couches lavables. Mais également que la motion « zéro plastique » proposée par le MR passe en motion « zéro déchets ». Je m’occupais plus particulièrement des dossiers concernant les déchets et l’environnement au sens large. Et j’ai l’impression d’avoir contribué à sensibiliser les membres du collège à certains sujets comme le fauchage sélectif, l’impact de nos modes de vie sur la pollution de l’environnement (déchets, mégots), etc. Même si mes interpellations n’ont pas toujours abouti à des actions concrètes, certaines ayant même été très mal reçues, je me suis senti utile et fière de représenter 24% des électeurs wavriens. J’ai fait de mon mieux.

Cependant, depuis les élections communales de 2018 beaucoup de nouveaux projets se sont mis en place dans ma vie : j’ai commencé un nouvel emploi qui me passionne (je forme des animateur.trice.s nature via l’asbl Jeunes et Nature), j’ai également commencé la formation de Guide-Nature qui est très exigeante. Et puis, je fais partie d’un habitat groupé en devenir à Villers-la-Ville : « Le Temps d’M » et les défis ne manquent pas ! Finalement, en plus de tout cela, la famille s’est agrandie, j’ai maintenant deux petits trésors, tous petits, et je dois bien dire que 5 réunions par mois, toutes entre 18 et 20h, et tous les dossiers à analyser pour les préparer… cela devenait un petit peu trop pour moi. Si je me suis engagée en politique, ce n’est pas par intérêt personnel ou carriérisme, c’était par pure conviction et envie de changer les choses : « penser globalement, agir localement » ! Constatant qu’il ne me serait plus possible de m’engager et d’agir à 100%, j’ai décidé de passer la main et je suis convaincue que mon successeur fera un boulot extraordinaire à son tour !”

C’est certain, nous regretterons l’engagement et la ténacité d’Eléonore mais il est également certain que nous pourrons compter sur l’entier dévouement de Patrick Pinchart qui la remplace.

Patrick Pinchart, né en 1955, est un militant écologiste de longue date. Électeur pour le parti « Écolo » depuis 1980, à l’époque où on lui disait que « cela ne sert à rien et que cela équivaut à un vote blanc », il a maintenu ses convictions contre vents et marées. Journaliste, éditeur, il a, en tant que rédacteur en chef du journal « Spirou », créé à la fin des années 80 la rubrique « Sauvons la planète », où l’on annonçait déjà les effets délétères du mode de vie humain et ses conséquences catastrophiques que nous avons subies ces dernières années, particulièrement à Wavre. Il est père de trois enfants et grand-père de deux petits-enfants. Sa combativité et sa ténacité sont mises au service de ceux-ci afin qu’ils puissent grandir dans un monde viable. Où ils pourront vivre heureux, en harmonie avec la nature.

Il est excitant pour moi de succéder à Éléonore, qui a réalisé tant de choses et donné tant d’énergie pour que ses idées aboutissent à des décisions pratiques. J’espère être à la hauteur de cette succession.

Je suis un Wavrien de souche depuis les années 50. Depuis, j’ai vu la transformation inéluctable de ce qui était un village rural en une ville que certains ont voulu prestigieuse. Elle a surtout été une sorte de grenouille qui se voulait plus grosse que le bœuf, avec les erreurs que l’on connaît : on a rasé des centaines d’hectares d’espaces naturels pour construire des zonings, on a arraché des milliers de haies et d’arbres, on a voûté la Dyle — nous ôtant en même temps ce qui fait l’un des charmes d’une ville : l’aspect méditatif et la fraîcheur d’une rivière qui la traverse —, on a multiplié les lotissements en périphérie, augmentant l’utilisation de la voiture avec les problèmes de mobilité et de pollution que cela a généré… Comment ne pas être attristé et scandalisé, lorsqu’on fait le bilan ? C’est mon patrimoine naturel qu’on a assassiné, celui de mes enfants, celui de mes petits-enfants et je suis très en colère par rapport à cela. D’autant plus quand on voit, avec les inondations récentes, les conséquences de ces décisions délétères.

Je me sens bien chez Écolo, car ce groupe a la volonté de forcer l’arrêt de ce « monde d’avant » et de proposer un « monde d’après ». Il met en priorité le développement durable afin de laisser aux générations futures une ville arborée, favorisant la biodiversité, centrée sur la mobilité douce, piétons et cyclistes. Nous n’avons plus le choix de faire autrement. Il est temps que Wavre, de ville du paraître, devienne une ville du bien-être. Une ville où l’on ramène de la nature, des haies et des arbres plutôt que du béton et du bitume. Je participerai aux combats du parti Ecolo pour cela. Et il peut compter sur ma ténacité et mon tempérament combatif pour faire changer les choses.

L’équipe d’Ecolo Wavre souhaite bon vent à Eléonore et bienvenue à Patrick. Que le travail continue !

Share This