Deux ans après la signature de la convention des maires, le 24 septembre 2021, la Ville devrait remettre à l’Europe un plan d’action. Il semble pourtant qu’on en soit encore loin. État des lieux.

La participation de la commune de Wavre à la convention des Maires fut, dès le premier conseil communal de cette législature, une revendication d’Écolo, reprise le mois suivant par la majorité communale dans sa déclaration de politique communale, en janvier 2019.

Lancée en 2008 par l’Union européenne, cette fameuse convention a déjà été signée par un peu plus de 10 000 municipalités européennes. À travers elle, les communes se donnent pour objectif de diminuer de 40 % les émissions de gaz à effet de serre (principalement le CO2) sur leurs territoires.

Diminuer les émissions de gaz à effet de serre, c’est essayer de maintenir le réchauffement climatique en dessous des 1,5 °C, et atteindre les objectifs de l’accord international signé à Paris en 2016. Le dernier rapport du GIEC, paru début du mois d’août, nous indique que nous avons déjà atteint une augmentation de 1,1 °C de la température, et que nous devrions atteindre un une augmentation de 1,5 °C en 2030, c’est-à-dire dix ans plus tôt que la dernière estimation, faite en 2018.

On savait déjà que le réchauffement climatique augmentait la fréquence des inondations. Et tout récemment, il a également été établi que la probabilité de connaître un épisode de précipitations extrêmes, comme celui que nous avons connu en juillet dernier, augmentait également avec le réchauffement.

À Wavre, aujourd’hui, nous subissons donc déjà les conséquences du réchauffement climatique.

La Ville de Wavre a formellement signé cette convention le 24 septembre 2019. En signant en septembre 2019, la Ville avait un peu plus de dix ans pour atteindre une réduction de 40 % de ses émissions. Un défi de taille pour une commune dans une zone en développement, et dont la population a augmenté de 8 % ces 15 dernières années.
Nous sommes deux ans plus tard. L’urgence est là. Et si le Covid a évidemment bousculé tout le monde, l’enjeu est tel qu’un objectif stratégique comme celui du réchauffement climatique doit avancer coûte que coûte, en parallèle des autres défis auxquels la commune doit faire face.

Concrètement, il y a quatre étapes pour réaliser la convention des maires, et celles-ci doivent être réalisées en deux ans :
1) Signer la convention
2) Rassembler une équipe
3) Faire le diagnostic des émissions de son territoire
4) Soumettre à l’Europe un Plan d’action en faveur de l’énergie durable et du climat (PAEDC)

Au dernier conseil communal, nous avons, vaille que vaille, pu apprendre de la Bourgmestre que la personne chargée d’établir le diagnostic avait récemment pris ses fonctions .
Il semble donc qu’à Wavre, nous en soyons toujours à l’étape 2. Nous sommes en retard. Et la Planète n’attend pas.

« A Wavre, vu la sensibilité de la Ville aux inondations, nous sommes aux premières loges quant aux conséquences du réchauffement climatique. Des citoyens s’engagent pour la Transition et nous montrent la voie. Mais cela ne suffit pas : les pouvoirs publics, les entreprises, les industries et le monde agricole doivent évoluer. La majorité ne semble pas prendre la mesure de l’urgence : les moyens mis en œuvre par la Ville pour réaliser la Transition sont toujours insuffisants. La Ville avait deux ans pour sortir son plan d’action pour réduire ses émissions de 40% d’ici 2030, et il ne semble pas qu’elle puisse y parvenir dans les temps ». (Bastian Peter)

Image par Gerd Altmann de Pixabay

Share This