Le 23 novembre 2021, les conseillers écologistes se sont opposés à la vente à l’intercommunale InBw d’un terrain communal stratégique wavrien de 17ha, situé entre la ville et le zoning Nord. Pour quelles raisons?

En effet, le 19 juin 2018, la Ville a lancé la réalisation d’un Schéma de Développement communal: ce SDC est LE document-clé d’une commune : c’est le document qui définit la stratégie de développement du territoire communal.

En janvier 2020, trois réunions publiques ont été organisées par le Bureau JNC International et par la société Tr@me, experte en processus participatifs et en intelligence collective. Les habitants ont pu y exprimer des éléments de vision de leur territoire, et ceux-ci ont alimenté le travail de diagnostic du bureau d’étude.

L’analyse contextuelle est maintenant prête depuis le mois d’aout, et on s’interroge sur les raisons qui font que ce document n’est toujours pas sur la table du conseil communal.

Le document attendu constitue une première étape dans la réalisation du SDC : le « diagnostic ». Un second document constituera « l’avant-projet ». C’est via l’élaboration de ce deuxième document que les axes stratégiques du territoire seront choisis, collectivement et démocratiquement. La stratégie de développement du territoire sera donc prochainement, collectivement décidée.

Néanmoins, la majorité propose de vendre un territoire de 17ha dont la commune, en tant que propriétaire, possède la parfaite maîtrise. Pour comprendre ce que représentent 17ha : c’est 11 terrains de football ou 200 maisons avec jardin. Pourquoi brûler maintenant cette carte maîtresse du développement de la commune ?

Certes, la commune définit des balises à destination de ces terrains. Mais comment savoir si ces balises sont les bonnes, avant d’avoir défini, avec les Wavriens, nos objectifs ? Si nos informations sont exactes, la conclusion d’un SDC est par ailleurs un motif de révision du plan de secteur. Dès lors, toutes les portes pourraient potentiellement être ouvertes quant à la destination de ce terrain.

Evidemment, on peut faire sur ce terrain ce qu’on fait déjà sur les autres, juste à côté. Mais la majorité n’a-t-elle pas elle-même pris en considération, pendant la campagne électorale, un projet de la Transition ? Par ailleurs, nous avons toujours une piscine communale à construire, la Ville a l’ambition d’accueillir le stade national de hockey et ce projet connait quelques difficultés, on a parlé d’un cinéma, d’une navette entre le zoning et le centre-ville, de créer des entrées de Ville, nous savons qu’un manque de logements sociaux est également identifié, que les cheminements pédestres et cyclo-piétons ne sont pas aboutis, que les couloirs pour la biodiversité non plus, et que les commerces du centre-Ville souffrent toujours : on peut s’interroger à ce sujet sur le fait que les portes sont ouvertes pour qu’un un nouvel acteur de l’Horeca s’installe dans cette zone proche du zoning.

Pour Bastian Petter, conseiller communal, comme disait Sénèque : « Il n’y a pas de vent favorable pour celui qui ne sait où il va ». Nous sommes à deux pas d’une discussion qui pourrait nous faire changer de cap et ce n’est donc pas le moment de donner à d’autres nos atouts. Nous avons besoin de toutes nos ressources pour affronter les défis du XXIe siècle et donner au développement de cette ville, ce dont elle a toujours manqué : une boussole. Hier soir, nous avons brûlé une carte maîtresse. La ville travaille à l’envers ».

Share This