Le 12 mai dernier, les membres des différentes composantes de la commission communale de l’accueil étaient invités à une réunion essentielle pour l’avenir de l’Accueil Temps libre (ATL) de la ville de Wavre, autrement dit tout ce qui concerne les activités extrascolaires. En effet, l’ONE menaçait de ne plus verser les subventions de coordination.

« Le renouvellement de l’agrément des opérateurs ne serait pas octroyé et les subventions de fonctionnement ne seraient plus dues à dater du 1er mars 2021 », menaçait l’ONE si la ville ne se mettait pas en conformité avec le « décret ATL » (décret relatif à la coordination de l’accueil des enfants durant leur temps libre et au soutien de l’accueil extrascolaire). Raison de cette menace ? La ville ne remplissait pas ses obligations dans les délais prescrits… Et ce n’était pas neuf : le programme de coordination locale pour l’enfance (CLE) précédent contenait déjà nombre de lacunes relevées par l’ONE en son temps !).

Nous ne reviendrons pas sur les raisons de ce dysfonctionnement dont nous pouvons tous espérer qu’il ne sera bientôt plus qu’un mauvais souvenir. Mais suite à cet incident, il est temps de se repencher sur l’Accueil Temps libre. En effet, une des remarques de l’ONE concernant celui-ci est la méconnaissance des usagers, et principalement les parents, vis-à-vis de cette structure « tellement nécessaire mais si peu reconnue » précisait le Ligueur l’année passée.

Pour beaucoup de parents, l’accueil extrascolaire est encore synonyme de « garderie » alors qu’il s’agit en fait d’un cadre éducatif , avec des professionnels qui accueillent les enfants de manière réfléchie et leur font passer un moment agréable. Rien que ce combat de changement de vocabulaire vaut la peine qu’on en parle ! Pour beaucoup d’enfants, l’accueil extrascolaire est un 3e lieu de vie, à côté de la famille et de l’école. Cela doit être un moment privilégié, important pour le développement affectif et social des enfants mais aussi pour les familles. Tant que certains garderont en tête le mot « garderie », le changement sera difficile à concrétiser.

Les différentes composantes de l’accueil temps libre se sont donc réunies et se sont engagées à remettre, dans les délais prévus, un programme CLE complété et illustré grâce à la participation active des différents opérateurs, et l’excellent travail de la coordinatrice communale de l’ATL, tout en répondant aux quatre objectifs prioritaires mis en lien avec les besoins révélés:
– Poursuivre les activités du mercredi après-midi, sans se limiter à cette seule tranche horaire.
– Créer des synergies entre les nombreuses écoles wavriennes (tous réseaux confondus) et les opérateurs.
– Améliorer la communication avec les parents.
– Mettre en valeur l’ATL (que beaucoup méconnaissent encore à ce jour).

Notre intervention va dans le même sens… Que tous les parents qui lisent aujourd’hui ceci se posent demain la question de savoir s’ils connaissent vraiment l’ATL et les nombreux professionnels qui y travaillent, que ce soit dans le domaine, culturel, artistique, sportif, environnemental. Qu’au-delà de la garderie — bienvenue face aux réalités d’horaires de travail parfois compliqués à gérer —, ces parents se rendent compte de la chance qu’ils ont de pouvoir compter sur ces professionnels et qu’à l’occasion ils prennent le temps d’échanger avec eux, au sujet de leurs difficultés, de leurs joies, et de leurs projets. C’est ainsi que l’ATL pourra vraiment s’épanouir comme 3e lieu de vie essentiel pour beaucoup de familles.

Cet article est basé sur une intervention de Jean Goossens au Conseil communal de Wavre le 24 mai 2022.

 

Imagede <a href= »https://pixabay.com/users/7089643-7089643/? »>DONT SELL MY ARTWORK AS IS</a> de <a href= »https://pixabay.com/? »>Pixabay</a>.

Share This