La ministre Tellier vient d’annoncer que la Région Wallonne financera à concurrence de 3 500 000 € (Tva comprise) l’assainissement de la décharge de Basse-Wavre.

De 1937 à 1990, la commune de Wavre profite d’un morceau de terrain bien éloigné de tout pour tranquillement déverser ses déchets et ceux de ses habitants sur les rives de la Dyle.

En 1990, c’est contraint et forcé, par la Région Wallonne, que la décharge de Basse-Wavre ferme ses portes.

Cette même Région Wallonne demande des comptes à la commune de Wavre. Mais celle-ci refuse de dépenser le moindre centime pour une dépollution, par l’intermédiaire de ces deux bourgmestres successifs.

En 2005, et contre tout bon sens, la construction de nouveaux bâtiments commerciaux en bordure de la chaussée de Louvain a entraîné une modification non négligeable du relief. Les déblais provenant du chantier de construction (mélange de terres et de déchets) ont été déversés sur le massif de déchets existant, augmentant, par endroits, nettement la hauteur du dôme. L’épaisseur du massif de déchets atteint aujourd’hui les 10 mètres.

Fin 2006, du biogaz s’échappe de la zone et menace les bâtiments récemment construits. Les commerces sont fermés et la commune dépense 1 million d’euros pour les sauver.
Afin d’éviter une catastrophe, on transborde 4000 tonnes de déchets vers Mont-Saint-Guibert.

En 2015, un rapport d’étude sort avec une conclusion majeure : l’étude d’orientation doit être étendue et une étude de caractérisation est également nécessaire pour prendre des décisions.

Questions posées par Christophe Lejeune (Groupe ECOLO) lors du Conseil communal du 24 mai 2022 :
Où en sommes-nous dans le processus ?
La ministre déclare apporter une somme importante pour cet assainissement. Cela veut-il dire qu’on peut espérer une fin heureuse et rapide à ce dossier ?
Quel est le montant total des coûts estimés ?
Seront-ils entièrement couverts par le subside en question ?

Selon les réponses apportées par M. Brasseur, une remise en état du site avait été demandée par la Région wallonne en 2007. En 2019, une étude d’orientation incomplète (complétée depuis) avait été présentée au Conseil communal. Au stade actuel, une étude de caractérisation est toujours en cours mais il n’est pas encore possible d’avoir une réponse. Aucune lettre de la ministre Tellier n’était encore arrivée à Wavre au moment de cet échange.


Merci à PxHere pour l’image.

Share This