Éviter de prendre sa voiture pour se rendre sur son lieu de travail est un geste écologique et citoyen. Moins de voitures, c’est moins d’embouteillages et moins de risques d’accidents graves.
C’est pourquoi le groupe Écolo de Wavre salue positivement le projet d’aménagement de la future gare des bus, qui assurera une meilleure sécurité et un confort accru aux usagers des TEC. Mais qu’en est-il des cyclistes ?

Pour encourager au maximum les navetteurs à laisser leur voiture au garage, la multimodalité des transports est primordiale.
A Wavre, de nombreux voyageurs qui prennent le train ou le bus le matin doivent parcourir plusieurs kilomètres avant d’arriver à la gare. Pouvoir parcourir cette distance à vélo plutôt qu’en voiture serait bénéfique pour tout le monde.
Actuellement, il n’est pas possible de laisser un vélo en sécurité aux abords de la gare.
Or, un parking pour vélo non sécurisé est totalement inutile, car peu de cyclistes oseront y laisser leur véhicule pour la journée. Ceci est particulièrement vrai pour les propriétaires de vélos électriques, de plus en plus nombreux.

Par parking sécurisé, nous entendons :
– Parking situé dans un lieu où il y a du passage afin qu’un contrôle social s’exerce sur l’endroit.
– Parking couvert, fermé et grillagé, afin que ce même contrôle social puisse s’y exercer depuis l’extérieur.
– Parking accessible moyennant un badge ou un QR code à scanner uniquement par les usagers autorisés (sur base d’inscription préalable ou d’abonnement).
– Des barres en U inversé permettant d’attacher les vélos par le cadre
– À proximité immédiate de la gare SNCB et de la gare des bus.

D’où nos interrogations par rapport à l’installation d’un parking pour vélos dans la foulée du réaménagement de la gare des bus. La future gare des bus prévoit des espaces pour les vélos, mais quels espaces ? Savons-nous déjà où ces parkings seront situés ? Nous avons pu lire que c’est l’OTW qui en sera le gestionnaire. Nous pensons qu’il serait préférable que ce soit la ville qui gère la conception, la sécurisation et l’entretien futur de ces parkings pour vélos.

En outre, nous avons appris l’excellente nouvelle que le gouvernement wallon, sous l’impulsion de son ministre de la mobilité Philippe Henry, va octroyer 1 200 000 € afin de renforcer l’offre cyclable à Wavre.

Il est temps maintenant pour la commune de Wavre de transformer l’essai et de proposer un réel plan ambitieux avec cette somme. D’autant qu’elle dispose de 4 mois à compter de ce jour pour présenter des projets concrets. Il est donc essentiel que, rapidement, soit constituée une commission cycliste, et que soit déterminé un plan de projets en collaboration avec la Commission consultative communale d’aménagement du territoire et de mobilité (CCATM) et des associations cyclistes.

Il faut bien évidemment, dans un premier temps finaliser et pérenniser les aménagements déjà existants (zone 30, rues cyclables…). Et, ensuite, grâce à cet argent, avancer enfin dans la réalisation d’un lien direct et sécurisé entre le centre de Limal et le centre de Wavre ? (Rue J. Dechamps ou le long de la ligne de chemin de fer…).

Wavre se vante sur son site internet d’être une ville cyclable. L’aménagement de la gare des bus et l’argent obtenu de la Région wallonne sont deux occasions de faire en sorte que ce soit désormais une réalité, pas un slogan.

(Communiqué rédigé à partir des interventions de Marie-Pierre Jadin et de Christophe Lejeune au conseil communal du 23 mars 2021)

Photo ; Michael Gaeda de Pixabay.

Share This